Rénovation du Casino Municipal de Biarritz, 2 ans de travaux pour CANCÉ Adour Alu

L’agence Adour Alu des établissements CANCÉ vient de terminer en ce début d’été 2019 la rénovation des façades vitrées et menuiseries aluminium du Casino Municipal de Biarritz.

 

Une rénovation déjà effectuée par le passé.

Confiée aux équipes CANCÉ en septembre 2017 par la Direction grands travaux de la ville de Biarritz, la rénovation est une preuve supplémentaire du savoir-faire CANCÉ qui dans ce cas précis, révèle un certain attachement pour ce bâtiment Art déco, classé monument historique depuis 1992.

 

 

En effet ce n’est pas la première fois que CANCÉ intervient sur cet édifice emblématique de la côte basque. Il y a plus de 25 ans Jean-Luc B., conducteur de travaux, avait déjà pris part à la rénovation complète des nombreuses baies vitrées et ouvertures du bâtiment. Pour cette nouvelle étape, il a même ressorti ses plans devant les yeux ébahis de ses jeunes collègues. « C’était une époque de transition entre le dessin à la main et le tracé par ordinateur » se souvient-il aujourd’hui. Un véritable trésor et une mine d’informations pour Fabien B. technicien au bureau d’études de Bayonne. « Cela nous a permis d’être très précis dans l’évaluation des besoins. On n’avait pas la nécessité de démonter une façade pour en connaître ses cotes et la manière dont elle avait été fixée. Tout était sur le plan ».

 

 

L’envergure de la rénovation 2017-2019

Retour en 2017, 23 ans après la première rénovation. La proximité de l’océan se lit sur la plupart des vitres et des capots-serreurs, ces lignes noires qui tracent les limites des vitres, si caractéristiques de l’architecture Art déco. Les détériorations sont multiples et la Ville de Biarritz engage alors 5 autres corps d’états aux côtés des équipes CANCÉ pour redonner une jeunesse au bâtiment.

 

 

Le défi est de plusieurs ordres. Tout d’abord l’envergure du travail. 90% des vitrages et 80% des menuiseries sont à remplacer. Il faut donc déposer et remettre tout à l’identique, monument historique oblige. Ensuite, il faut prévoir et organiser la logistique pour le transport et le levage des vitres dont les plus grandes atteignent les 400kg et des dimensions de 4 mètres de hauteur sur plus de 2 mètres de large. Enfin il est nécessaire de planifier le chantier selon les contraintes d’exploitation des différents concessionnaires, casino, bars, théâtre, piscine.

 

Impératifs et défis techniques.

C’est ce qui explique la durée du chantier. « On a travaillé principalement de septembre à juin. Il fallait constamment baliser et sécuriser. Nous étions 3 monteurs en permanence. » rappelle Thomas A. le chef d’équipe. « Pour les grosses pièces nous étions jusqu’à 6, avec en appui des engins de levage à tourelle télécommandée. Mais le plus compliqué a été d’amener les vitres jusque sur le front de mer. L’accès a demandé une grande maîtrise du transporteur et de l’équipe afin de gérer le peu d’espace et prendre soin du bâtiment, du chargement et des hommes. »

 

 

Fabriquer au rythme du chantier.

Intervenir sur ce chantier a signifié un énorme travail de planification, de l’étude à la pose, en passant par l’atelier aluminium CANCÉ de Morlaàs près de Pau.  En étroite synchronisation avec le chantier de rénovation durant toute une année, l’atelier a débité et usiné pas moins de 2km de serreurs et 2km de capotage. « Les plans historiques de Jean-Luc B. nous ont été d’une grande utilité pour la production à l’identique des capots mais aussi des structures de façades rideaux, châssis et ouvrants à la française » indique Nicolas L. le responsable de l’atelier aluminium.

 

 

La nouvelle génération prend le relai.

Si le chantier ne présentait aucune technicité particulièrement élevée, le savoir-faire CANCÉ s’est exprimé dans la capacité de gestion des contraintes de planning et le goût pour le travail bien fait, essentiel quand il s’agit d’un bâtiment classé. La vraie marque, qui en a fait un chantier singulier pour les équipes CANCÉ, c’est d’avoir pu compter sur les plans de l’ancienne rénovation et sur la présence du conducteur de travaux de l’époque.  Cela a constitué une base de connaissance sur ce véritable « labyrinthe » qui a servi de repère pour la jeune génération et a permis, avec cette nouvelle expérience, une transmission de compétences en interne de grande valeur.

 

 

Tout est dans le détail…

Et puis, si jamais vous passez par Biarritz n’hésitez à vous rapprocher du bâtiment et à observer les poignées de porte. Un style Art déco admirable introuvable aujourd’hui. Elles ont toutes fait l’objet d’un nettoyage et laquage à l’identique, un détail qui compte dans le renouveau de ce magnifique bâtiment qui depuis l’intérieur semble flotter au milieu de l’océan.

 

Liens en rapport avec la référence: